J'en ai marre du stress



Putain de stress, il faut trouver des solutions !

Quand je sens monter le stress, inarrêtable, incontrôlable, acide, abject, il prend possession de moi, me rend dingue. Mon cœur se met à battre bizarrement, il résonne à l’intérieur avec une oppression gênante, angoissante, l’emprise qu’il exerce m’empêche toute forme de pensée rationnelle. 

 

Je me mets à imaginer le pire, à cogiter sur un détail, sur une éventualité qui n’est pas encore et ne sera sans doute jamais là. 

Mais c’est plus fort que moi, je subis sa présence qui m’obsède. 

Parfois, ça peut en devenir atrocement douloureux. 

 

Spielberg, sort de ce corps !

Silence, on tourne le film du stress.

 


Le stress est délirant !
 

Ça ressemble à une force occulte qui a pris le pouvoir de mon esprit et m’oblige à délirer sur une situation qui au départ n’est à peine plus importante que de casser un verre. J’appelle cela le “Spielbergisme” je me fais un film toute seule dans ma tête, pas un film drôle, non ce serait tellement mieux, ça ressemble plus à un bon thriller bien glauque qui va forcément mal finir.

 

Je saisis un petit bout de fil qui passe par là, type une phrase agaçante sur mon profil facebook, elle me rend dingue, j’ai envie de répondre, je rumine, je déroule tous les scénarios dans ma tête, si je réponds ça va s’envenimer… je ne sais pas quoi faire.

 

Telle une onde qui s’amplifie à cause d’une broutille, elle irradie mon esprit dans un flot incessant de questionnements.

 


La cogitation nourrit le stress.
 

Quelqu’un peut-il arrêter mon cerveau de tourner ? 
 

Dans la plupart des cas le point de départ est lié à une mauvaise nouvelle, un courrier désagréable, une critique, un mot inconvenant, une engueulade, une erreur, une défaite, un geste malencontreux, bref, quelque chose qui pourrait passer pour un mauvais moment à passer et disparaître en quelques minutes en y prêtant peu d’attention. 
 

Puis c’est le drame ! 
 

Je m’accroche à ce petit rien, me voilà partie dans des considérations incohérentes où tout va à vau-l’eau jusqu’à la noyade, le film ne se termine pas bien, comme moi. On est loin de l'idylle à l’eau de rose, je suis victime d’un système diabolique qui me mène dans un trou, une impasse, un chaos, dans ce scénario je me vois terminer seule, pauvre, sans domicile, sans amis, sans boulot, sans argent, juste le baluchon de mon passé comme contrepoids.

 

Des jours et des nuits durant je peux rester bloquée sur un film catastrophe. Pour finalement m'apercevoir que les choses ne sont pas si désespérées qu’elles n'y paraissent, que la fin n’est pas tragique, que je suis toujours vivante et que la terre tourne toujours.

 

Le stress 1 Moi 0. Il est trop fort ce Kasparov de l’angoisse. 

 


Le stress est épuisant mais PAS insurmontable.

Quand on a passé des heures voir des jours à se prendre la tête, à surcharger son mental, on se sent comme après une défaite, vidé et épuisé. 
 

Alors quand les choses sont enfin rentrées dans l’ordre, on s’en veut d’avoir gaché un précieux temps à avoir été ailleurs que dans la réalité, à avoir été dans des pensées bouillonnantes et négatives, à être passé à côtés de choses merveilleuses, un ciel bleu, une fleur qui jaillit, une bonne nouvelle, une soirée qu’on a annulé.
 

Je crois avec conviction que le stress est un poisson qui se prend dans les mailles d’un filet ou un stimulus qui s’accroche à un récepteur que nous devons décrocher de son rocher pour se libérer d’un tas de parasites encombrants. Je sais pertinemment que les effets du stress sont délétères, que ce stress est souvent inapproprié, disproportionné, car je ne risque pas ma vie, mais je n’arrive pas à le contrôler. 

 


Comment réduire le stress ?

 

3 choses à faire :

 

1- La méditation de pleine conscience. 
 

Elle m’a beaucoup aidée à rester focus sur le moment présent et à prendre conscience des pensées folles qui ne sont que des petits éléments en suspension que nous pouvons observer pour les laisser redescendre et les laisser passer, auquels cas ils nous envahissent, prennent le dessus et vous empêchent d’être objectif et nous bouffe une énergie phénoménale.

 

Essayez de méditer avec un bruit blanc, idéal pour chasser les ruminations et occuper votre mental. Vos pensées parasites vont disparaitre naturellement. Téléchargez gratuitement nos outils pour devenir plus Zen.

 

2- L'autosuggestion et la visualisation positive. 
 

Je les pratique régulièrement, même si c’est une méthode que j’ai éprouvée seule sans la lire mais qui me remplit d’amour plutôt que de pensées nocives . Je visualise une personne que j’aime ou aimant comme le Dalaï Lama par exemple. Je commence par ressentir de la gratitude, je souris, je les remercie de leur amour, je leur dis aussi que je les aime et essaye de me concentrer sur le ressenti intérieur. C’est assez puissant, le cœur qui bat, la chaleur, la béatitude, puis après c’est comme une explosion de sensations fortes qui me submergent, une sorte de lumière intérieure que je peux diffuser, elle est presque palpable, je la vis vraiment comme une expérience magique. Elle est présente assez longtemps et m’irradie de bonheur, après j’ai envie de créer, d’aimer, d’être heureuse et surtout je relativise les choses négatives.

 

3- La prise de CBD, la molécule du bien-ëtre issue des fleurs et des feuilles du chanvre.

 

Je me suis dit que je ne m’attendais à rien et que je ne cherchais pas un quelconque effet comme je pourrais avoir avec de l’alcool ou autre substance psychoactive car le CBD n’est en aucun cas psychotrope. Après 2 jours à boire des infusions Onaturo au CBD j’ai réalisé que je lâchais complètement prise contrairement à d’habitude où mon cerveau ne cesse de mouliner. Je constate une sensation plus apaisée dans mon corps et ma tête, une stabilité émotionnelle plus grande. Les sentiments désagréables glissent, je ne m’y accroche plus. Je suis aussi adepte du chocolat Zen au CBD d'Onaturo.

 

Je suis plus calme, plus zen.

 

Pour le sommeil je ne sais pas car je n’ai pas ce problème. En tout cas, le bien-être et l’apaisement sont clairement là.

C’est une belle découverte que je conseille vraiment à celles et ceux qui souhaitent diminuer leur niveau de stress et d’anxiété.

 


Que la zénitude soit avec vous. Article écrit par Delphine

Téléchargez nos outils pour rester plus ZEN.

  1. Concentration ou arrêt des pensées parasites : Ecoutez un Bruit blanc durant 45 mn
  2. Retrouvez le calme intèrieur  : Ecoutez les battements du coeur comme si vous étiez un foetus. (Experience regressive) à écouter uniquement au casque sinon vous n'entendrez rien.